LNR Office Light est aujourd’hui devenu un acteur incontournable dans le secteur du mobilier scolaire, de restauration et de collectivité.

En constant développement, notre entreprise se divise à ce jour en plusieurs pôles d’activités complémentaires entre eux :

  1. Le mobilier scolaire (de la maternelle à l’enseignement supérieur)
  2. Le mobilier pour espaces collectifs (Accueil, réunion, restauration…)
  3. Le mobilier de restauration (tables, chaises, buffet, mange debout…).

Cette complémentarité nous permet d’être aujourd’hui un partenaire fiable et performant pour l’ensemble de vos aménagements mobiliers.

 

France (+33) 03 22 45 52 96 lnrmobiliers@orange.fr
French Portuguese

Le mobilier scolaire

HomeMobilier scolaireLe mobilier scolaire

Le mobilier scolaire

03Avant le 19ème siècle, les écoles sont meublées de façon très sommaire. Souvent, les élèves n’ont que des bancs et écrivent sur leurs genoux. Quelquefois, des tréteaux et des planches constituent les seules tables. Au 19ème siècle, on commence à équiper les écoles de véritables pupitres. Le pupitre-type, vissé au sol, est constitué d’une longue planche inclinée. Une rainure empêche les porte-plumes de tomber et des encriers sont encastrés à la droite de chaque place. Un encrier supplémentaire, rempli d’encre rouge, est utilisé par le maître venu corriger les travaux des enfants qui, eux, écrivent à l’encre violette. La planche est solidaire d’un banc sans dossier pouvant accueillir de nombreux enfants qui doivent
l’enjamber pour s’asseoir. On trouve des pupitres à 7 ou 8 places ou même à 12 places. Le maître passe alors entre les pupitres pour surveiller le travail des élèves, immobilisés à leur place. Une encoche pratiquée sur le devant de la table ou une planchette de bois fixée sur le banc entre deux places, matérialise la séparation garçons-filles. Les enfants entrent ou sortent d’un côté ou de l’autre suivant leur sexe. Ces dispositifs seront supprimés vers 1920-1930. Les pupitres collectifs disparaissent peu à peu, on voit apparaître des tables à 2 places avec dossiers et casier de rangement. Le casier à abattant est fréquent. L’élève doit relever l’abattant pour prendre ou ranger un objet et il est souvent tenté de le maintenir avec sa tête pour avoir les mains libres. Ce système peu pratique est bruyant. De plus en plus et jusqu’au milieu du 20ème siècle, on utilise les pupitres à 2 places avec casier ouvert devant, face à l’élève. Le bois est ciré et chaque enfant doit, en fin d’année, le frotter au papier de verre pour
enlever les taches d’encre. Au 20ème siècle, on voit apparaître des pupitres mi- bois mi-métal, toujours avec table et chaises solidaires. Vers 1960-1970, on commence à changer de mentalité, à considérer que l’enfant doit être mieux installé ou qu’il faut lui permettre de bouger, de s’exprimer, d’être plus actif en classe. Le mobilier scolaire suit alors ces évolutions. C’est la fin des meubles fixes adaptés à un enseignement frontal. C’est l’apparition des tables et des chaises séparées, les tables ne sont plus vissées au sol. C’est aussi la disparition des pupitres inclinés, remplacés par des plans horizontaux, des rainures retenant les crayons et stylos, et quelquefois aussi des casiers de rangement. Le mobilier se veut alors modulable et adaptable à des activités diversifiées, de groupes ou collectives.